Obituaries

Please send any notifications to Scott Fitzpatrick <smfitzpa@uoregon.edu>

LOUIS ALLAIRE (June 24, 2018)

Je viens d’apprendre par le Docteur Jean Benoist, que notre collègue Louis Allaire est décédé le 24 juin 2018 à Vancouver au terme d’une longue bataille contre de multiples cancers. J’avais
rencontré Louis quand il était étudiant et résident au Centre de recherches caraïbes de l’Université de Montréal, à Fonds Saint Jacques à la Martinique. II était venu effectuer des fouilles pour son doctorat que dirigeait Irving Rouse. M. B. MacKusick avec sa thèse, Distribution of ceramic styles in the Lesser Antilles, West Indies, soutenue à Yale en 1960, avait marqué la naissance d’une archéologie scientifique aux Petites Antilles. Je l’avais suivi avec ma thèse Contribution à l’étude de la préhistoire des Petites Antilles, soutenue en Sorbonne en 1975. Puis Louis avait soutenu la sienne en 1977, « Late prehistory in Martinique and the Island Caribs: Problems in ethnic identification », à Yale sous la direction de Irving Rouse. Après les pionniers que nous étions d’innombrables travaux sont venus compléter, prolonger et même s’opposer aux nôtres.

Pendant des années Louis avait participé aux congrès de l’AIACA. Il y présentait toujours des communications intéressantes qui ont suscité quelquefois de vifs débats avec Rouse ou les Bullen. La justesse de ses conclusions sur les horizons tardifs du saladoïde a mis des années à s’imposer. Louis un peu lassé, désabusé de n’avoir peutêtre pas eu toute la reconnaissance qu’il méritait, avait vendu sa bibliothèque quand il avait pris sa retraite. Il m’avait avoué avoir commis une erreur. Il ne pouvait plus rien produire aucun article faute de documentation. Louis était un homme délicat, cultivé, aimable, un fou d’opéra. Un soir, passablement fatigués par une dure journée passée avec des amis, mon épouse Marie et moi l’avions ramené du Diamant à Balata où nous résidions. Il était si terrorisé par ma conduite sportive au volant de ma Fiat modèle modifié qu’il nous avait chanté l’intégralité de Carmen.

J’étais resté en contact avec lui. Je lui faisais part de mes dernières hypothèses de recherches.
Je lui dois la préface de mon livre archéologie des Petites Antilles paru en 2015. C’est sa
dernière publication. Il répondait toujours à mes courriels, s’efforçant de minimiser le mal qui
le rongeait. Je l’incitais à écrire, à transcrire ses souvenirs, à garder le moral malgré ses
problèmes de santé qui le préoccupaient.

Avec la disparition de Louis, l’un des derniers pionniers en matière d’archéologie des Petites Antilles, c’est toute une période formative de l’archéologie des Petites Antilles débutée avec le Père Pinchon et Jacques Petitjean Roget en 1961 à l’occasion du 1er Congrès International d’Etudes des Civilisations Précolombiennes des Petites Antilles, qui s’est achevée. Le nom Louis Allaire ne doit pas être qu’un nom de plus au bas de nombreux articles. Louis bon voyage dans le monde inversé que tu as rejoint, tu trouveras du ouicou au lieu de bon vin, mange quelques bons captifs et profite bien de la vie éternelle.

LUIS ARMANDO CHANLATTE BAIK (1925 – 2016)

foto-chanlatte-2003

Born the 14 of April, 1925 in Santo Domingo, Dominican Republic, to a Dominico-French and Lebanese family. Graduated from the Universidad Autónoma de Santo Domingo.

From 1945 to 1965 he was Assistant to the Director of the National Museum of the Dominican Republic and Assistant to the Director Emile Boyrie Moya of the Institute of Anthropological Research. Chanlatte Baik Worked with John Goggin in La Vega Vieja and Jacagua and other sites in the early 1950s and with José M. Cruxent in Venezuela and Jamaica in the early 1960s. Over the years, he excavated many important indigenous and historical archaeological sites in the Dominican Republic, including La Caleta, La Casa de Ponce de León, Cathedral of Santo Domingo, among others.

In 1965 he moved to Puerto Rico and began his long and productive life as Director of the Center for Archaeological Research at the University of Puerto Rico, a post he occupied until his death. His most significant contributions were the discovery of a new indigenous culture, the Huecoid, in Sorcé, Vieques, Puerto Rico, in 1977. He recovered the largest collection of Huecoid and Saladoid material in Puerto Rico and generated a new cultural framework for Puerto Rico and the Antilles, all of which provided new perspectives on Pre-Columbian settlement in the Caribbean and helped to revitalize archaeological research in the Antilles.